[LE MONITEUR] Une double peau pour protéger la mémoire guyanaise